Interview n°17 Une Femme Ada, Consultante & Fondatrice d’une startup dans le Machine Learning

Samantha Walker consultante en machine learning & Fondatrice de MIA

Rencontre avec une consultante qui s’engage pour rendre le machine learning accessible à tous. 

Helloada. Bonjour Samantha, merci d’avoir accepté notre interview. Vous êtes consultante en machine learning et fondatrice de mia ?

Samantha. Oui! Peu après mon déménagement de Montréal à Paris, j’ai démarré une entreprise de conseil pour l’intelligence artificielle (IA) dans le domaine de l’architecture, l’ingénierie et la construction pour combler l’écart entre ces deux industries. Ensuite, j’ai décidé de fonder Mia, une plateforme web pour faciliter la création d’applications en machine learning afin de répondre aux besoins que j’ai constatés liés à la mise en production des modèles de machine learning.

Helloada. Parlez-nous de votre parcours professionnel. Pourquoi avoir choisi la Tech et plus particulièrement le machine learning ?

Samantha. J’ai commencé ma carrière professionnelle dans le domaine de l’ingénierie en structure des bâtiments, mais je me suis intéressée au machine learning (ML) après avoir participé à des travaux bénévoles au Mexique suivant un grand séisme en 2017. J’ai dirigé une initiative visant à créer un modèle ML pour identifier et classer les dommages à partir de photos de bâtiments afin de faciliter les inspections. J’ai rapidement découvert que l’un des plus gros challenges liés à l’utilisation de ML est la mise en production des modèles. Cette expérience m’a inspiré à lancer mia, qui vise à rendre le machine learning accessible à tous!

Helloada. Avec MIA à quelle problématique répondez-vous concrétement ?

Mia est une plateforme pour créer et partager des applications en machine learning rapidement, facilement et sans code.

Au moins 90% de tous les modèles de machine learning ne sont jamais mis en production. Les obstacles au déploiement existent parce que:

(1) les data scientists ne sont pas des développeurs de logiciels et n’ont pas nécessairement les compétences requises ni l’intérêt.

(2) il est coûteux et long de créer et de maintenir des pipelines de déploiement ainsi que des interfaces utilisateurs.

L’objectif de mia est de briser ces barrières en permettant à quiconque de créer et de partager des applications web pour les modèles de machine learning.

Helloada. Quelle est votre avis sur l’absence de femmes et jeunes filles dans la Tech ?

Samantha. Historiquement, la Tech est une industrie dominée par les hommes. Ce stéréotype a tendance à décourager les femmes et les jeunes filles d’entrer dans ce domaine.  Néanmoins avec un nombre toujours croissant de figures diverses dans la technologie, plus de femmes, de jeunes filles et d’autres minorités dans la Tech seront inspirées à poursuivre une carrière dans ce domaine.

Helloada. Pour finir, quels conseils donneriez-vous à celles qui souhaitent se former dans l’IA. Des soft skills sont à adopter ?

Samantha. Il existe beaucoup de contenu en ligne intéressant pour se former dans l’IA, que vous souhaitez en savoir plus sur des grands concepts ou vous spécialiser sur un sujet particulier de l’IA, tel que le deep learning computer vision ou le traitement du langage naturel. Dans un premier temps, je suggère de suivre des cours selon vos intérêts sur des sites tels que Udacity et Coursera. C’est ainsi que j’ai commencé mon parcours en IA.

En termes de soft skills, la communication est très importante. Un défi majeur avec l’IA est de créer des modèles équitables et impartiaux. Il est important de rester informé sur ce sujet et d’apprendre à expliquer les limitations de l’IA aux personnes qui sont moins exposées au développement dans ce domaine.

Helloada. Un grand merci à Samantha d’avoir pris le temps de répondre à nos questions avec conviction et engagement !

Interview n°16 Une Femme Ada, CEO et co-fondatrice d’une startup dans l’IA

Marie Langé CEO Co fondatrice de Amasai

Rencontre avec une Entrepreneure dans l’intellicence artificielle.

Helloada. Bonjour Marie, merci d’avoir accepté l’interview. Vous êtes co fondatrice et CEO de AMASAI. Que proposez vous?

Marie. Nous accompagnons les entreprises sur toute la chaîne de valeur des sujets Data et IA : formation/acculturation, identification de cas d’usages pertinents, stratégie data et gouvernance, product management, juridique et éthique. Nous souhaitons participer à la création d’IA utiles et durables.

Helloada. Pourquoi avoir choisi de combiner le business, la technique et le juridique ? À quels enjeux répondez vous ?

Marie. L’idée nous est venue quand nous avons constaté que de nombreux projets IA échouent à cause d’un manque d’implication de toutes les parties prenantes : business, technique, juridique, etc. Les sujets Data sont transverses et il est indispensable de faire collaborer tout le monde : depuis ceux qui sont à l’origine de la collecte de données, à ceux qui vont utiliser l’IA en passant par les services techniques et juridiques.

Les IA soulèvent des questions éthiques et juridiques complètement nouvelles. 

La technologie évolue vite, et le droit ne suit pas suffisamment vite. Pourtant, les IA présentent souvent des biais (sexistes, racistes, etc…) et il est indispensable de bien cadrer ces sujets pour que les IA soient profitables au plus grand nombre sans accroître des inégalités. Comme toute nouvelle technologie, elle peut être dangereuse si mal utilisée ou apporter beaucoup de bonnes choses. Nous souhaitons faire en sorte que les IA aident à un monde meilleur.

Helloada. Vous êtes trois femmes à la tête de AMASAI, avez vous rencontré des difficultés lors de la création jusqu’à aujourd’hui?

Marie. Pas de difficultés particulières rencontrées jusqu’à présent, on croise les doigts pour le futur !

Helloada. En tant que consultante auprès des entreprises, rencontrez vous davantage de Femmes dans les postes Tech ?

Marie. Malheureusement, le nombre de femmes dans la Tech ne fait que diminuer. Et cela a un impact direct sur les biais que je viens de mentionner. Des outils créés par un seul type de personnes ne pourra que manquer de prendre en compte les besoins des autres. La diversité est indispensable ! C’est pourquoi je soutiens complètement HelloAda !

Helloada. Pour finir avez vous des conseils à donner aux femmes qui souhaitent entreprendre?

Marie.  Ne pas laisser passer une seule remarque sexiste. Si on en laisse passer une, après les autres, ils se croient autorisés à continuer. Ne pas douter de ses capacités, même si on vous renverra souvent l’image de « t’es une fille tu peux pas comprendre ». Entourez-vous d’autres Femmes dans la Tech.

Helloada. Merci à marie d’avoir pris le temps de répondre à notre interview avec conviction et engagement.

Interview n°15 Une Femme Ada, CEO et co-fondatrice d’une startup dans l’E-santé

Samah Ghalloussi, CEO et co-fondatrice de Aalia.Tech

Samah Ghalloussi CEO et co-fondatrice de Aalia.tech

Samah Ghalloussi, un Role model comme on les aimes ! Après 2 années en Biologie informatique et mathématiques, elle sort Major de promo et intègre l’école d’ingénieurs de l’université de Grenoble dans la spécialité Technologies de l’Information pour la Santé. Diplôme en poche Samah enchaîne de belles expériences professionnelles au sein de startup et administration public tels que le commissariat à l’énergie atomique en tant qu’ingénieure chercheur pendant 3 ans, une startup parisienne en tant qu’ingénieure R&D avant de rejoindre le Ministère de la Santé en 2018 en tant qu’EIG (Entrepreneure d’Intérêt Général).


(suite…)